Géante – Fanny Michaëlis

img_20160812_195333

(Plus d’un mois après la lecture et quinze mille débuts de billets, je me décide enfin d’en parler, ou plutôt essayer).

« Géante » c’est noir, tragique et perturbant, très perturbant.

Noir comme les dessins crayonnés, pas spécialement beaux mais captivants.

Tragique et perturbant comme l’histoire de Véra, une ado paumée, sans trop de loisirs ni de passions. Véra aime s’imaginer une autre vie, « son imaginaire transforme le métro en un souterrain fantastique et peuple le paysage de vulves et de pénis« . (Eh oui, ce n’est pas à mettre entre toutes les mains).

img_20161022_172308

Cette façon de voir le monde lui permet de s’échapper de ce quotidien déprimant, avec ses amis, elle s’invente des jeux dans les métros vides et abandonnés, ces jeunes font des fêtes où l’alcool circule. Pas d’adultes à l’horizon, comme si la ville avait été prise aux mains de ces adolescents.

Véra tombe amoureuse d’Abel, « Notre amour se passe de mots ». Un amour qui se fait dans des endroits sombres et abandonnés. Mais Véra est une adolescente renfermée qui n’ose pas exprimer ses sentiments, elle rougit facilement et se mure dans le silence. 

Une autre personne vient perturber ce duo, son amie Agnès. Véra ne sait pas quel sentiment adopter pour son amie et pour Abel. Comme beaucoup d’adolescents, elle est tiraillée entre ses désirs. . « Elle n’arrive pas à affirmer ses désirs, se retrouve coincée entre deux personnes (Abel et Agnès) qui expriment les leurs puissamment. »img_20161022_172323

Fanny Michaëlis nous emmène dans un monde noir où les désirs adolescents sont montrés de manière la plus crue possible, sans pudeur et sans retenue.

Peu de dialogues et des dessins assez flous et emmêlés pour qu’on puisse distinguer qui est qui et surtout si c’est la réalité ou l’imaginaire fantasmagorique de Véra.

En définitive, un livre trop étrange pour moi. À relire, un jour, peut-être. 

Géante de Fanny Michaëlis, Editions Cornélius, 2013,  192 pages – 

Publicités

12 réflexions sur “Géante – Fanny Michaëlis

  1. Marie-Claude dit :

    J’ai accroché en voyant la couverture, et plus j’avançais dans la lecture de ton billet, plus je me disais que ce n’étais pas pour moi. Ok pour l’étrangeté et le mal-être adolescents, mais la surabondance de pénis et de vulves… je décroche!

    Aimé par 1 personne

    • mespagesversicolores dit :

      Je ne l’ai pas écrit mais j’ai lu ce bouquin deux fois, pour vouloir en saisir le sens, pas sûre de l’avoir atteint 😉

      Et pourtant en regardant les autres œuvres de cette auteure, notamment ses livres de jeunesse, je suis sûre que je pourrais l’apprécier.

      J'aime

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s