Sukkwan Island – David Vann

Il avait l’impression qu’il était seulement en train d’essayer de survivre au rêve de son père.

img_20160913_091700

Les premiers mots

On avait une Morris Mini, avec ta maman. C’était une voiture minuscule comme un wagonnet de montagnes russes et un des essuie-glaces était bousillé, alors je passais tout le temps mon bras par la fenêtre pour l’actionner. Ta maman était folle des champs de moutarde à l’époque, elle voulait toujours qu’on y passe quand il faisait beau, autour de Davis. Il y avait plus de champs alors, moins de gens. C’était le cas partout dans le monde. Ainsi commence ton éducation à domicile.

Quand j’ai lu le billet de Jérôme à propos de ce roman, je me suis dit « Si ça l’a dérangé, j’ai envie de l’être aussi »… Oui un peu maso sur les bord. Ensuite,  ma photo sur Instagram a attiré quelques commentaires comme; « j’ai détesté », « Il est tellement marquant ce livre et à part, qu’on aime, ou pas! »,  » il est très fort! »,  » Sukkwan Island est juste…Whaaaa », « prépare tes mouchoirs »…! De quoi me mettre en confiance. 😉

Finalement, je l’ai lu. Et mince. Je ne m’y attendais pas. Et je dois dire que moi aussi je suis mitigée.

Au début , tout va « bien ». Un père et son fils partent à l’aventure pour un an sur une île perdue de l’Alaska. Totalement solitaires, ils n’auront que la visite d’un avion pour leur apporter de la nourriture.
Pour le père c’est un moyen de se rapprocher de son fils mais bizarrement il ne prend pas les devants et est assez gauche. 

On se rend vite compte qu’il y a beaucoup de manquements quant à l’organisation! On dirait que ce foutu père n’a pensé à rien et qu’il attend que ce soit son fils Roy, de treize ans, qui l’aide. Pendant la journée, ils pêchent, ils chassent, ils essayent de transformer leur cabane en un lieu habitable. Heureusement, ils ont assez de conserves et de vivres. Mais c’est sans compter la visite d’un ours attiré par leurs réserves! Après cette incursion, ils doivent sauver ce qui peut être sauvé de leur habitat et on sent le père sombrer. Quelque chose va se passer. Roy ne sait pas comment gérer ce père dépressif qui ne réagit pas comme il le voudrait: il pleure toutes les nuits, et offre à son fils des confessions assez intimes: ses tromperies et ses coucheries, ses aveux en somme.

Le truc, c’est qu’il y a quelque chose qui cloche chez moi. Je ne peux jamais faire ce qu’il faut, jamais être celui que je suis censé être. Il y a quelque chose en moi qui m’en empêche;
(…) Son père parlait, Roy écoutait, et il détestait avoir à écouter tout ça.

Roy veut partir. Il aimerait retrouver une vie normale et en même temps il ne veut pas abandonner son père.

Et puis cette fin de première partie. M****

Ce que j’ai ressenti a oscillé entre « mais quel égoïste ce père », à « bien fait, tu l’as mérité, tu n’avais qu’à… » pas très catholique hein?! Vous avez compris que je n’ai pas éprouvé une once d’empathie pour lui! Quant au fils, je l’aurais bien secoué pour qu’il réagisse! 

Une lecture que je n’oublierai pas, ce n’est pas du tout un coup de cœur, mais un livre qui m’a dérangée et même écœurée. Et je trouve ça fascinant: la littérature dérange et on aime ça!

C’est tout aussi perturbant quand on sait que même si cette histoire est romancée, bons nombres de faits proviennent de la vie de David Vann.

Sukkwan Island de David Vann, Editions Gallmeister, Collection Nature Writing, 2010, 192 pages – 

Publicités

17 réflexions sur “Sukkwan Island – David Vann

  1. Laeti dit :

    Aaah nous avons eu la même impression alors 🙂 Et est-ce que tu serais tentée de lire d’autres romans de David Vann? Personnellement, je ne sais pas trop, je me dis qu’une telle lecture est unique! Et on doit pas en écrire des tonnes des textes pareils! Savais-tu qu’il s’était inspiré de l’histoire de son propre père? Bizz

    Aimé par 1 personne

  2. celina dit :

    Comme tu l’écris, un livre dérangeant, oh oui ! Je l:avais lu à sa sortie, je n’ai plus tout en tête mais j’ai encore le souvenir marquant du choc de la première partie. Cela m’avait révoltée, mise en colère contre le personnage bien sûr mais aussi et surtout contre l’écrivain. J’avais détesté ce roman. Un livre fort, on peut le dire !

    Aimé par 1 personne

  3. Electra dit :

    Je me souviens d’avoir lu des billets qui citait cette fameuse page où tout bouscule .. j’étais donc curieuse mais je n’attendais pas à cela ! et rien que pour ça, j’ai aimé ce roman- il m’a bousculé et puis à travers le personnage du père, Vann montre la noirceur de l’âme humaine, le profond égoïsme .. Contente de voir que tu l’as lu !

    Aimé par 1 personne

  4. Marie-Claude dit :

    J’avais hâte de lite ton avis. Une chose est certaine: ce roman bouscule et ne laisse pas indifférent! J’ai un rapport trouble avec David Vann. Je suis très attachée à cet auteur, sachant qu’il me fera passer un mauvais quart d’heure! Maso sur les bords? Après « Sukkwan Island », huis-clos au grand air, j’ai lu le malsain « Impurs », tout aussi redoutable. Et j’attends impatiemment son « Aquarium ».

    Aimé par 1 personne

    • lespagesversicolores dit :

      Écoute pour le moment ce n’est pas une priorité de lire un de ses livres… Ah ouais ce que tu en dis ressemble bien à une relation sado-maso… 😀😀😀
      Mais je ne suis pas encore prête à retenter .

      Tu parles d' »Impurs »… en quoi est-il malsain?

      J'aime

  5. Jerome dit :

    Je ne pense que l’on puisse en faire un coup de cœur. Mais je ne pense pas non plus que l’on puisse rester indifférent devant ce texte très dérangeant. Sans doute pour ça que ce texte fascine ou écœure et qu’il suscite tant de réactions aussi « extrêmes ».

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s