À ma source gardée – Madeline Roth 

Son sourire et puis ses yeux. Moi la vie je ne sais plus faire, sans ses yeux.IMG_20160823_201902

En soixante pages, j’ai eu à nouveau 15 ans. L’âge des premières amours et des douloureux chagrins.

Les premiers mots

J’ai froid – et puis moi je croyais qu’il allait venir et ça serait comme dans les films, il dirait même pas un mot, juste il prendrait ma main et il m’emmènerait avec lui, là en général y a une musique qui vous arrache des larmes, des trucs avec un piano ou un violon – mais il ne vient pas.

Jeanne a le cœur qui explose littéralement quand elle voit Lucas pour la première fois. C’est de l’amour et bien plus encore. C’est une connexion entre deux êtres, une sensibilité commune à fleur de peau.
C’est le hasard qui les a fait se rencontrer. Elle passe ses vacances chez sa grand-mère et y retrouve tous les ans ses deux amies. Petit à petit des garçons s’ajoutent à cette bande. Dont Lucas. Le beau et l’énigmatique Lucas.

C’était pour ça que j’étais sûre de l’aimer: parce que j’aimais nos silences. Presque plus que nos mots.

Ils parlent, ils s’écoutent, et doucement, les prémices d’un amour troublant les effleurent. Avec lui, Jeanne explose de bonheur et d’envie. Leurs mains se frôlent, leurs corps se rapprochent et pour elle, c’est une révélation. C’est lui et ce sera toujours lui. Même si l’amour ne dure que pendant ces étés, ils en profitent et se nourrissent l’un de l’autre.

Maintenant , je me disais : avant Lucas, tu ne faisais pas l’amour. L’amour, c’est pas ça.

Un été, Jeanne arrive plus tôt que prévu. Elle prévient seulement une de ses amies car elle veut surprendre Lucas.   Mais ce rendez-vous d’été ne se passera pas comme prévu.

J’ai été soufflée par l’amour féroce de Jeanne pour Lucas, cet amour si violent et si pur. Une passion qui peut nous faire basculer et nous faire perdre pied. Un amour qu’on garde au fond de notre cœur, qui nous met des papillons au ventre et qui nous fait parfois pousser des ailes. Et celui aussi qu’on n’oublie pas, parce qu’il a été le premier. 

La narration m’a paru assez déconstruite, Jeanne passe de ses souvenirs au déroulement de la soirée sans crier gare. À nous de suivre ce torrent de paroles. Mais tout est réfléchi. Madeline Roth nous emmène dans un esprit emporté par des tourbillons d’émotions, un malaise et une douleur qui transpercent les pages. À travers son monologue, Jeanne m’a emmenée avec elle dans l’apprentissage amer de la vie. Une littérature jeunesse comme je les aime. Sincère et véritable.

« Ceux que nous décidons d’aimer, nous ne les regardons pas, nous les reconnaissons. » Xavier Mussat, Carnation.

– A ma source gardée de Madeline Roth. Thierry Magnier, 2015. 60 pages. – 

 

Publicités

14 réflexions sur “ À ma source gardée – Madeline Roth 

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s