À l’intérieur – Jodi Picoult

A_l_interieur_hd

Résumé: Adolescent atteint du syndrome d’Asperger, Jacob Hunt ne possède pas le mode d’emploi pour communiquer avec les autres. Enfermé dans sa bulle, il est pourtant d’une intelligence prodigieuse. Un sujet le passionne plus que tout : la criminalistique. Il parvient souvent à se rendre sur des scènes de crime, où il ne peut s’empêcher d’expliquer aux policiers comment faire leur travail. En général, il tombe juste. 
Mais lorsqu’un assassinat se produit dans le quartier, l’attitude de Jacob est un signe flagrant de culpabilité pour la police. Pour la mère et le frère de Jacob, l’intolérance et l’incompréhension qui ont toujours menacé leur famille ressurgissent brutalement. Et cette question lancinante, qui ne laisse pas leur âme en paix… Jacob a-t-il, oui ou non, commis ce meurtre ? Quand votre fils ne vous regarde jamais dans les yeux… comment savoir s’il est coupable ?

Les premiers mots

Partout où je regarde, des signes de lutte. Le courrier éparpillé sur le sol de la cuisine, les tabourets renversés. Le téléphone jeté par terre, sa batterie suspendue à un écheveau de fils. Sur le seuil du séjour, une légère empreinte de pas, dirigée vers le corps sans vie de mon fils, Jacob.

Il gît devant la cheminée, la tempe et les mains ensanglantées. L’espace d’un instant, je demeure pétrifiée, le souffle coupé.

Brusquement, il redresse le buste.
– Maman, tu ne cherches même pas!

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, j’ai beaucoup apprécié ce roman de 604 pages! Ça se lit comme du petit lait, on ne voit pas les pages défiler et Jodi Picoult a le don d’y glisser des phrases à suspens à la fin de chaque chapitre.

Vous êtes convaincus? Non? Bon je continue.

L’histoire est celle de Jacob. Autiste Asperger. Qui classe ses vêtements par couleur, a des manies pour manger, ne peut pas mentir, ne peut pas regarder les gens dans les yeux, donne des répliques de films par manque de connaissance concernant les interactions sociales.

Quand on me demande ce que je vais faire le weekend prochain, je suis incapable de répondre avec la même aisance que Théo. J’hésite sur la quantité d’infos à fournir, et au lieu d’énoncer simplement mon programme, je prends la voix de De Niro dans Taxi Driver et je réponds:

« You talkin’to me? »

C’est aussi l’histoire d’Emma, sa mère célibataire, qui a littéralement tout plaqué pour se consacrer à l’éducation de son fils, quitte à délaisser son cadet, Théo.

Théo, c’est l’adolescent de 15 ans en mal de famille « normale ». Il rentre dans des maisons par effraction, juste pour être dans un endroit où les règles ne sont pas dictées par son frère.

À chaque chapitre, c’est un personnage qui prend la parole, la mère, Jacob, Théo, et les autres protagonistes de l’histoire. Nous avons droit aux sentiments très personnels de chacun, sa propre vision de l’histoire, son rapport avec Jacob. Mes parties préférées étant celles de Jacob lui-même. 

J’ai donc été plongée dans cette vie de famille pas comme les autres où un grain de sable peut tout faire dérailler.

Et ce grain de sable c’est un meurtre.

C’est un roman réussi car il nous permet de plonger au cœur d’un handicap peu banal. L’auteure s’est documentée sur ce sujet et nous livre un témoignage passionnant.

 

Je vous recommande donc ce beau « petit » bijou!

Ce livre rentre dans la catégorie  » Livre de plus de 600 pages » du Challenge littéraire 2016 de Mille vies en une.

 – À l’intérieur de Jodi Picoult,  Michel Lafon, 2016,  604 pages. – 

Publicités

10 réflexions sur “ À l’intérieur – Jodi Picoult

  1. Dolores dit :

    Voilà j’ai enfin surmonté la peur de ce « pavé », que finalement j’ai englouti en quelques jours tellement ses personnages sont décrits avec beaucoup de justesse et de délicatesse qu’on a envie d’en savoir plus. Les personnes atteintes d’ autismes, je les connais un peu pour en avoir suivis au cours de ma carrière, c’est vrai que ce sont des personnes très déroutantes mais qui vous renvoient à la vraie réalité! Merci Fanny!

    Aimé par 1 personne

  2. Eva dit :

    Je découvre ce billet avec le lien dans « Ginny Moon ». Les histoires liées à l’autisme m’intéressent (j’ai une copine qui a un petit garçon autiste « Asperger » – même si le terme n’est a priori plus utilisé au niveau médical) et heureusement que je lis ton billet très positif, car spontanément je ne me serais pas tournée vers un roman de Jodi Picoult, surtout avec cette couverture ^^

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s