La Fille tatouée – Joyce Carol Oates

2234058767

Résumé: Joshua Seigl, la quarantaine, écrivain estimé, riche et séduisant, est maître de son destin. Jusqu’au jour où une mysérieuse maladie l’oblige à engager une personne pour l’assister au quotidien. Lorsqu’il rencontre par hasard Alma Busch, une jeune femme pauvre et illettrée, recouverte d’intrigants tatouages, Seigl ne peut résister à l’envie de jouer les Pygmalion. Convaincu de lui offrir la chance de sa vie, il propose le poste et lui ouvre les portes de son intimité.Malheureusement pour lui, Alma Busch n’est pas la créature vulnérable qu’il croit, et lui fait payer très cher son paternalisme…

Les premiers mots :

Il avait su que ce la arriverait forcément un jour prochain. Et pourtant il n’était pas préparé à ce que cela arrive aussi vite. « je n’en peux plus. C’est fini. »

Il voulait dire, sans pouvoir se résoudre à l’admettre : Je ne peux plus vivre seul.

 

Il est là, le premier article dédié à mon auteure préférée ! Et je dois dire que je ne sais pas comment commencer, j’ai bien peur de ne pas être à la hauteur.

Allez, je me lance.

Oates a le don et la manière de brasser des genres différents : autobiographie (« J’ai réussi à rester en vie », à couper le souffle, tellement beau et humain), roman de jeunesse ( « Nulle et Grande Gueule »), des nouvelles (« Etouffements »), conte gothique (« Premier amour »), des romans basés sur des faits divers (« Petite sœur mon amour », « Carthage ») etc. C’est dire si on a le choix.

Personnellement, je n’ai pas aimé tout ce que j’ai lu d’elle, mais à chaque fois, ce n’est pas par ennui mais parce qu’elle demande beaucoup à son lecteur. Si on n’adhère pas à sa façon d’écrire on risque de passer à côté de petites pépites. Je trouve qu’elle décrit à merveille tout ce qui est répugnant dans le genre humain : viol, violence, meurtre, mensonges etc.

Parfois, je m’accroche et c’est super, parfois, je m’accroche et ça l’est moins. C’est le cas pour « La Fille tatouée ».

Cette histoire raconte la rencontre entre des personnes qui ne viennent pas du même monde.  D’un côté Seigl et de l’autre Alma – la fille tatouée et son amant Dmitri (non je n’ai pas oublié le « i »). Si on se base sur le reste du résumé, on peut y lire un roman qui «réunit deux visages de l’Amérique: l’élite cultivée, européenne, urbaine, et les exclus du système, analphabètes, sans ressources ni perspectives. Variation magistrale sur le thème du maître et du serviteur, ce roman est sans doute le plus controversé de Joyce Carol Oates.»

Seigle est un écrivain réputé mais à la santé déclinante alors qu’il n’a que 38 ans. Il se met donc à la recherche d’un assistant (il ne veut qu’un homme) pour l’aider dans la gestion de son « patrimoine ». Cette partie où il convoque les prétendants est celle que j’ai trouvé la plus ennuyeuse, j’ai d’ailleurs sauté quelques lignes (Sacrilège !).

Par hasard, lors d’une ses parties d’échecs dans son café habituel, il rencontre Alma – la fille tatouée et sur un coup de tête, l’engage.

Alma est une jeune fille avec un tatouage sur le visage et sur tout le corps. Pas très cultivée et sous l’influence de Dmitri, elle accepte tout ce que son amant veut d’elle et croit tout ce qu’il dit. » Tu peux aller travailler chez Seigl mais sache que c’est un juif et un juif c’est le mal »

« Dmitri disait que ce que le juifs prétendaient qu’Hitler leur avait fait était discutable, ça dépendait du côté qu’on voulait croire ».

Ce que j’en ai pensé :

La force d’Oates est le changement de narration. La partie de Seigl possède un langage soutenu, posé et réfléchi. La partie d’Alma – la fille tatouée est plus familière et limite vulgaire «  Ça lui faisait honte que le plus souvent il la refile à ses connards d’amis ».

Le problème c’est que je ne me suis sentie proche d’aucun des personnages. Ils auraient pu être tout à fait infects (et Alma l’est parfois) et captivants, mais là… non.

Si vous n’avez pas lu de livres de Joyce Carol Oates, ce n’est malheureusement pas le premier que je vous recommanderai. Mais à vous de voir 😉

Ce livre rentre dans la catégorie « Un livre d’un auteur qui en a écrit plus de vingt «   du Challenge littéraire 2016 de Mille vies en une.

   – La Fille tatouée de Joyce Carol Oates.Stock, 2003. 373 pages. – 

Publicités

8 réflexions sur “La Fille tatouée – Joyce Carol Oates

  1. maghily dit :

    Je n’ai encore jamais lu cette auteure : j’ai failli emprunter Carthage à la bibli puis j’ai pensé à l’ampleur de ma PAL et j’ai abandonné l’idée dans l’immédiat…

    Quel livre conseillerais-tu comme première lecture ?

    Celui-ci m’intrigue un peu malgré ton avis mitigé.

    J'aime

    • lespagesversicolores dit :

      Carthage est un de mes préférés! (Et c’est une brique… 🙂 )
      Sinon, plus petit, tu as « Étouffements », ce sont des nouvelles. Je ne suis pas fan à la base de ce genre de récit mais là j’ai bien accroché.
      Et puis tu as « Confessions d’un gang de filles »,  » Fille blanche, fille noire », « J’ai réussi à rester en vie »..

      S’il t’intrigue, tente-le! Tu me diras ce que tu en as pensé!

      J'aime

  2. Electra dit :

    je note les titres, je n’ai jamais encore lu de JCO et pourtant ! Je vais voir lequel est dispo à la bibli à côté de chez moi
    sinon, oui c’est bien Dmitri – c’est la francisation qui a ajouté le « i ».. 😉

    Aimé par 1 personne

Si vous souhaitez me laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s